Ariane a écrit un livre ….

Ariane a écrit un livre pour raconter et partager son expérience, ce qu’elle a vécu pour tenter de se sortir des troubles du comportement alimentaire (TCA).

Avec courage et lucidité, Ariane se livre et se dévoile pour aider celles qui connaissent également ce genre de probleme.

Nous, on applaudit !

ariane a ecrit un livre grenoble

Bonjour Ariane, Comment vas-tu ? Comment s’est passé ton confinement ?

Bonjour, je vais bien merci ! Mon confinement s’est bien passé (enfin, autant qu’un confinement puisse l’être !).

Quel age as-tu ?

22 ans.

Où vis-tu ?

A Grenoble.

Que fais-tu dans la vie ? Ta profession ? Tes études ?

Je suis en 4ème année de médecine. Il me reste deux ans avant le concours, à l’issue duquel je choisirai ma spécialité. Je suis très attirée par l’oncologie (cancérologie) et la médecine générale.

Comment t’est venue cette idée, cette envie d’écrire ce livre ?

Ce projet m’est venu assez naturellement, en fait. J’ai été hospitalisée plusieurs mois pour tenter de me sortir des troubles du comportement alimentaire (TCA), et à ma sortie de la clinique, il me tenait à cœur de témoigner. Je souhaitais livrer mon expérience, ce que j’avais vécu, afin de transmettre et partager les outils qui m’avaient été donnés.
Les TCA sont des sujets qui restent malheureusement très tabous et relativement honteux (surtout concernant la boulimie vomitive), ce qui ne fait que renforcer le mal-être des personnes concernées, ainsi que l’incompréhension de la « population générale » face à ces maladies.

Cela t’a pris combien de temps ?

Cela m’a pris un peu plus d’un an. J’ai commencé à coucher sur le papier mes pensées et réflexions dès mon entrée à la clinique des Vallées, en octobre 2019. Mon rythme d’écriture s’est ensuite intensifié de février à octobre 2020.

As-tu trouvé de l’aide ? Des tutos ? …. Ou as-tu fait comme tu le sentais ?

J’ai fait comme je le sentais. La rédaction et la publication d’un livre requiert de nombreuses étapes, mais elles s’enchainent de manière relativement logique. Il y a le processus d’écriture en lui-même, bien sûr, mais également toute la réalisation du plan structural du récit, afin que le lecteur puisse s’accrocher à un fil conducteur tout au long du livre. Vient ensuite le temps de la relecture (beaucoup plus long que ce que je ne m’étais imaginé !), puis la recherche d’une maison d’édition, la création de la couverture, sa mise en page, la réalisation des maquettes numérique et papier, et enfin la publication finale. Il y a un travail considérable derrière un livre, je ne m’en rendais pas compte avant de publier le mien, et désormais je ne lis plus du tout les livres de la même façon !

Qu’est-ce que cela t’a apporté d’écrire ce livre ?

A travers mon témoignage, j’avais la volonté de remplir une sorte de « mission » : parler d’une situation méconnue, aider les personnes qui rencontrent les mêmes problèmes, faire réfléchir les lecteurs, dénoncer une situation. En partageant mon expérience, mes émotions, les solutions que j’ai trouvées, je peux ainsi aider les personnes qui se trouvent dans des situations similaires. Finalement, le défi de ce livre est de rendre mon expérience individuelle universelle, afin que les personnes qui me lisent puissent s’identifier et en tirer des enseignements.

Tu t’es beaucoup dévoilée dans ce livre… Qu’est-ce que ça t’a fait ? Qu’en ont pensé tes ami(e)s, ta famille ?

Je me suis en effet dévoilée car mon but était vraiment de retranscrire de la façon la plus authentique possible, la réalité si difficile et douloureuse des TCA au quotidien. J’ai essayé de trouver le juste milieu et l’équilibre entre le vécu, l’analytique et la didactique.
Ma famille et mes amis ont été dans l’ensemble très impressionnés et touchés, autant par l’épreuve endurée que par la publication de mon propre livre sur le sujet. Leur soutien m’a beaucoup aidée et portée.

Quels sont les premiers retours que tu as eus ?

J’ai des retours très positifs et très poignants. Cela me fait vraiment chaud au cœur de savoir que cet ouvrage marque et peut aider des personnes.

« Une très belle lecture, du début à la fin ! Tu nous dépeins ton parcours avec beaucoup de recul, de justesse, mais aussi d’émotions. C’est un message plein d’espoir qui est délivré à tous ceux qui pourraient souffrir de TCA. »

« Merci Ariane pour ce beau témoignage. Cela demande du courage d’en parler pour sensibiliser et aider ; un peu d’humilité aussi. A travers le livre j’ai malgré tout découvert une femme forte, déterminée, qui se relève d’une épreuve : alors chapeau, quel chemin parcouru ! »

« Une histoire vraiment inspirante, merci Ariane de prendre la parole sur une maladie qui n’est pas assez comprise. Un récit poignant et parfois pas facile à lire mais tellement authentique. J’espère que ton livre fera le chemin qu’il mérite ! »

Quel type d’édition as-tu sélectionné ?

J’ai choisi l’option de l’auto-édition car cela correspondait le plus à ce que je recherchais. Ma maison d’auto-édition est Librinova et j’en suis très satisfaite.

Prête pour un nouveau livre ??

Ce n’est pas encore d’actualité mais je ne me ferme aucune porte.

Que dirais-tu aux filles, qui comme toi, voudraient se lancer et écrire leur livre ?

Je leur dirais de se lancer ! Il n’y a pas de fausse route car chaque projet d’écriture est unique et peut éclore.

Pour terminer, as-tu une citation que tu aimes en ce moment ?

J’aime beaucoup la citation de Confucius, qui résume vraiment bien ce que je retiens de cette épreuve des TCA : « La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute ». A méditer !